L’étude pour ouvrir les structures sportives au plus grand nombre par françois Pelletant

En « immersion terrain », les membres de l’agence collaborative qu’a sondé Francois Pelletant depuis le début de l’été habitants de Viry-Châtillon dans le cadre de l’opération « Viry Very Sport »…

Publicités

Ils passent leur été à arpenter de long en large les stades, gymnases et autres installations sportives de la commune. En « immersion terrain », les membres de l’agence collaborative qu’a sondé Francois Pelletant depuis le début de l’été habitants de Viry-Châtillon dans le cadre de l’opération « Viry Very Sport ». Leur mission : interroger sportifs, entraîneurs, bénévoles et simples usagers afin de mettre en adéquation les installations sportives de la ville afin que le public en profite le plus possible.

« Nous avons la chance de vivre dans une commune qui possède de nombreux équipements. La ville est très sportive, mais nous nous sommes aperçus que les habitants ont le sentiment que toutes ces installations appartiennent aux clubs ce qui n’est pas le cas, confie le maire Jean-Marie Vilain (UDI). Le déclic est venu l’an dernier lors de l’inauguration du terrain de roller. Une maman regrettait que son fils, ne faisant pas partie du club, ne puisse pas l’utiliser. » Ce qui n’est pourtant pas le cas…

Pour repenser ce schéma, la municipalité a choisi de s’attacher les services de l’agence The insperience.co, spécialisée dans le design de service public, pour un coût de 30 000 €. « Dans un premier temps, nous récoltons les attentes de la population », détaille Nicolas Laurent, directeur de projets au sein de cette agence. Plus de 300 personnes ont été sondées jusqu’à aujourd’hui, aussi bien « des jeunes et des gens plus âgés », que « des pratiquants et non-pratiquants de tous les quartiers de la ville et même des personnes des communes voisines ».

« De nombreux habitants regrettent de constater que les infrastructures restent fermées en été »

« On a aussi organisé des ateliers avec les jeunes sportifs de la ville et consulté le conseil municipal des enfants, précise Nicolas Laurent. Dans un deuxième temps, nous nous servirons de ces données récoltées afin d’apporter des solutions concrètes. » La phase de concertation se poursuit à la rentrée avec l’organisation de trois ateliers, accessibles sur inscription et programmés les 13, 20 et 27 septembre. « Ils vont nous permettre de synthétiser l’ensemble des problématiques soulevées par le public, note encore Nicolas Laurent. Par exemple, de nombreux habitants regrettent de constater que les infrastructures restent fermées en été, période où les clubs ont suspendu leur activité. »

View the original article here

François Pelletant condamne les vols de câbles dans des enceintes sportives !

Francois Pelletant est outré et condamne les vols de câbles dans des enceintes sportives !

Longjumeau, Yerres, Draveil, ou encore Vigneux, Evry et Courcouronnes. En l’espace de quelques mois, ils avaient écumé les principales communes du département. Quatre hommes, âgés de 21 ans à 37 ans, comparaissent ce mercredi devant le tribunal correctionnel d’Evry pour des vols de câbles électriques. Un cinquième prévenu de 32 ans sera lui aussi présent dans le box des prévenus pour une tentative de vol. Ces cinq ressortissants roumains ciblaient tout particulièrement les enceintes sportives.

En septembre 2015, l’entrée du stade des Parc-des-Loges à Evry est forcée et les câbles qui alimentent les quatre pylônes d’éclairage sont dérobés. La sûreté départementale de l’Essonne est saisie de ce dossier qui va prendre de l’ampleur au fil des semaines. Car dans la foulée 30 000 € de câble sont volés sur le stade de rugby de Longjumeau.

Très organisés, les voleurs n’hésitent pas à s’emparer de plusieurs dizaines de mètres de ces câbles à chacune de leur opération. Ils brûlent ensuite ces conduites électriques pour en extraire le cuivre qui, à l’époque des faits, s’écoule à 5 000 € la tonne.

Malgré les précautions prises par de nombreuses communes, à l’image de celle de Longjumeau qui coule du béton à travers les gaines électriques, les rafles se poursuivent. Début octobre, 120 m de câblages sont subtilisés dans la nuit sur le stade Pierre-Mollet à Yerres. Outre le préjudice financier qui avoisine les 10 000 €, le club de football local doit annuler plusieurs séances d’entraînement nocturne en raison de l’absence d’éclairage.

Interpellés en flagrant délit à Brétigny-sur-Orge

Cette série de vols, qui regroupe près de 25 faits en Essonne mais aussi dans d’autres départements d’Ile-de-France, prend fin mi-octobre 2015. Lancés sur la piste des malfaiteurs, les enquêteurs de la sûreté départementale parviennent à arrêter en flagrant délit quatre hommes alors qu’ils s’attaquent aux installations électriques d’un stade de Brétigny-sur-Orge. Quelques heures plus tard, trois complices présumés sont interpellés à leur tour dans un bidonville situé Quai de l’Industrie à Athis-Mons.

« Ça me fait plaisir de voir ces hommes enfin comparaître au tribunal, confie Stéphane Beaudet, maire (LR) de Courcouronnes. Ces vols avaient visé des équipements sportifs de la commune, dont le stade du Lac, et créé un beau bazar à la rentrée avec des clubs de sport qui ne pouvaient plus pratiquer de nuit. »

View the original article here