Francois pelletant chanson Richard Ferrand

François Pelletant nous donne un avis sur la torpeur aoutienne qui se prête aux entretiens décalés….

Publicités

Article repris par Francois Pelletant :

La torpeur aoûtienne se prête aux entretiens décalés. Richard Ferrand, le patron des députés LREM n’a pas perdu de temps, alors qu’une séquence de courtes vacances s’ouvre à l’Assemblée, avec la clôture de la session extraordinaire. Comme souvent dans ce genre d’exercice, l’interview donnée par Richard Ferrand à Paris Match ce jeudi 10 août, semble truffée de messages plus ou moins subliminaux, et qui viennent éclairer un peu la période compliquée qui s’achève pour la majorité.

Interrogé sur la chanson fétiche qui habite en ce moment ses pensées, Richard Ferrand avoue que «Should I Stay or Should I Go («Dois-je rester ou dois-je partir?», NDLR) des Clash» lui a «trotté dans la tête». Une référence probable à son départ précipité du gouvernement, à la suite de la polémique concernant un possible conflit d’intérêts concernant les mutuelles de Bretagne, révélée par Le Canard enchaîné. Et peut-être aussi à la session extraordinaire chaotique qui s’achève, et au cours de laquelle sa gouvernance du groupe de députés de la majorité a été remise en question. Mais tout va mieux puisque Richard Ferrand explique que c’est désormais «plutôt Oasis avec Don’t Look Back in Anger» («Ne regarde pas le passé avec colère») qui habite ses pensées. «Mais Julien Clerc [Utile] a une place particulière», tient-il encore à préciser.

Pour matiner cette confidence à demi-mots d’un peu d’humour, Richard Ferrand a renchéri ce jeudi sur Twitter: «I’ll Be Here Until the End of Time».

Autre message à caractère politique: Richard Ferrand tient à faire savoir que malgré les turbulences de ces dernières semaines, et certaines remontrances de l’Élysée sur l’organisation du groupe parlementaire, tout va pour le mieux entre lui et le président de la République. Aussi quand on demande au député de raconter son dernier fou rire: «C’était il y a quelque temps, avec le président de la République. Les raisons de ce fou rire nous appartiennent». L’allusion souligne que les relations sont étroites et toujours bonnes, et que les têtes pensantes de la majorité avancent donc toujours main dans la main. De quoi décourager ceux qui rêveraient encore de voir l’élu breton tomber en disgrâce. Et pour les autres, ce dernier laisse comprendre qu’il est toujours endurant et combatif. D’ailleurs s’il participait aux JO ce serait «le rugby, pour ses mêlées franches et ses troisièmes mi-temps conviviales»… À bon entendeur…

Le reste des messages de Richard Ferrand s’adresse plus directement à ses détracteurs, et laisse comprendre que même s’il essaie de prendre les choses avec détachement, le président du groupe REM en a quand même gros sur le cœur. À l’encontre de la presse d’abord, par laquelle la tempête est venue. Quand on l’interroge sur le métier de ses rêves lorsqu’il était enfant, Ferrand glisse: «Journaliste». «J’ai d’ailleurs eu la chance d’exercer ce métier quelques années. Je ne regrette pas d’en avoir changé», tient-il à faire savoir. Pour digérer son ressentiment, le député garde sur son livre de chevet: «Les œuvres complètes de Pierre Desproges, antidotes à la sottise qui permettent de se réconcilier en riant avec tous les travers de l’humanité et de s’endormir paisiblement».

Pour insister encore un peu sur le message, le député explique qu’il vient de terminer la relecture de «L’Honneur perdu de Katharina Blum» par Heinrich Böll. L’histoire d’une femme persécutée par une cabale médiatique dont elle n’arrive pas à connaître ‘origine ni la raison… Bref, de ses lectures, il a retenu un terme qu’il préfère entre tous dans la langue française: «Le respect. Même si la chose n’est pas la plus répandue».

View the original article here